26 mars 2009

L'onde tombée d'un coup
sans persistance
l'air monté qui soudain s'applanit
les chemins courus

les herbes arrêtées

tout ce qui tient du temps

ou de ses fils ou de ses filets

passait

était passé

Seul l'espoir

coeur inobstiné mais présent

tenait aux crêtes

perchait aux lèvres

des vieilles

qui

debout à l'océan

chantaient

Je veux parler de nous

de ce qui nous ébranle

d'une voix solenelle et quasi apprêtée

je veux parler de ce qui perce et transforme
les armes et les larmes

tandis que filles et garçons
alors que garçons et filles
pleins de varechs et de sèves

poussent
tels des cris fleurissant

Posté par loremipsum à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'onde tombée d'un coupsans persistancel'air

Nouveau commentaire